Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Ici on parle montagne, et c'est aussi là que vous pouvez présenter vos sorties, également en dehors du Grand-Massif.

Modérateurs : les admins, les modérateurs

hakan_cheronsen
Cascades
Cascades
Messages : 213
Enregistré le : 18 mai 2004 20:59

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par hakan_cheronsen » 27 déc. 2022 12:36

Image

miamivince
Gers
Gers
Messages : 3132
Enregistré le : 08 févr. 2005 12:25
Localisation : Paris => Samoëns => Les Billets

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par miamivince » 28 déc. 2022 17:36

:D
Bien vu.

grand massif
Grands Vans
Grands Vans
Messages : 2848
Enregistré le : 19 avr. 2004 15:08
Localisation : Lyon

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par grand massif » 29 déc. 2022 17:07

hakan_cheronsen a écrit :
12 déc. 2022 13:29
Les RM et les canons à neige pourraient aussi devenir une cible pour ces activistes.
Tiens, tiens, le Messager du jour fait état du sabotage de deux canons à neige aux Gets par Extinction Rébellion.
Peut être que si on était aussi sévère que l’Australie (prison ferme pour une ahurie qui s’est couchée sur une route pour la bloquer) on s’épargnerait ce genre d’actions de plus en plus courantes et surtout le jour où l’un de ces ahuris tombera sur un énervé qui l’enverra dans un monde où l’angoisse du lendemain n’existe plus.

https://www.lemessager.fr/52709/article ... la-station

MA2T
Grands Vans
Grands Vans
Messages : 870
Enregistré le : 20 avr. 2004 17:52
Localisation : Yvelines / Les Carroz

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par MA2T » 09 janv. 2023 16:59

La Clusaz : une poignée de canons à neige vandalisés ce week-end
source : https://www.ledauphine.com/faits-divers ... e-week-end
Allez, encore une pièce dans le jukebox...
Perso, ces abrutis, quelque soit leurs revendications, restent des abrutis.

PS : j'aimerai en revanche, juste pour rire (en fait non, pas pour rire) une vraie enquête sur ces individus histoire de mettre en lumière leurs contradictions (entre leur soi-disant combat leur vie à eux). Y'aurait quelque matière à rire (jaune)...

hakan_cheronsen
Cascades
Cascades
Messages : 213
Enregistré le : 18 mai 2004 20:59

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par hakan_cheronsen » 24 févr. 2023 09:26

Ci-joint deux articles qui indiquent que le gouvernement a compris que l'accord de Paris était plié, et que 2 degrés fin de siècle n'était plus tenable.

Donc option 4 degrés en 2100
Avec des conséquences dures sur l'environnement, sur l'environnement montagnard..

Image

Image

miamivince
Gers
Gers
Messages : 3132
Enregistré le : 08 févr. 2005 12:25
Localisation : Paris => Samoëns => Les Billets

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par miamivince » 24 févr. 2023 10:23

hakan_cheronsen a écrit :
24 févr. 2023 09:26
Ci-joint deux articles qui indiquent que le gouvernement a compris que l'accord de Paris était plié, et que 2 degrés fin de siècle n'était plus tenable.

Donc option 4 degrés en 2100
Avec des conséquences dures sur l'environnement, sur l'environnement montagnard..
Attention grosse confusion ici.

L'accord de Paris et l'objectif de limiter le réchauffement à +1.5 voire +2° est un objectif au niveau de la température moyenne de la planète.
C'est une moyenne et le réchauffement n'est jamais homogène sur l'ensemble du globe.
Les rapports du GIEC l'expliquent depuis des années, les océans se réchauffent lentement et les continents rapidement. Idem entre les pôles et les zones équatoriales.
C'est quand même facile à comprendre, quand le soleil tape une journée d'été le bilan énergétique n'est pas le même sur les différentes surfaces (ex: l'eau d'une piscine, une pelouse, une plaque en métal etc.)

Donc le +4° ne concerne que la France et la trajectoire +3 et +4 est identifiée pour l'hexagone depuis longtemps.
Je suis ravi que les politiques commencent un peu à le comprendre.

Après étant donné que nous sommes déjà à +1.1 au niveau planétaire il va être très difficile de tenir les +1.5 d'ici 2050.

miamivince
Gers
Gers
Messages : 3132
Enregistré le : 08 févr. 2005 12:25
Localisation : Paris => Samoëns => Les Billets

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par miamivince » 25 févr. 2023 09:11

Hello

Je partage un article intéressant sur l’impact environnemental de l’industrie touristique du ski.
https://bonpote.com/le-ski-est-il-une- ... cologique/

on y apprend notamment que ce ne sont pas les RM qui ont la plus grosse emprunte carbone mais le transport suivi du logement.

Image

EC30240
Marvel
Marvel
Messages : 43
Enregistré le : 05 août 2022 11:57

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par EC30240 » 15 août 2023 11:24

En gros, il y a 21% d'efforts qui demandent à raser l'existant et recommencer.
Et 52% qui demandent finalement à créer des lignes de métro pour desservir nos stations.
<mode troll>
En gros, arrêtez de venir profiter de la (ma) montagne, vous polluez l'espace.
</mode troll>

miamivince
Gers
Gers
Messages : 3132
Enregistré le : 08 févr. 2005 12:25
Localisation : Paris => Samoëns => Les Billets

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par miamivince » 15 août 2023 13:13

Pour faire le lien avec notre discussion sur le prix des forfaits on pourrait dire également que justement en augmentant comme il le font les tarifs, on se tourne vers une clientèle plus aisée et de plus en plus étrangère, laquelle a le plus gros bilan carbone en terme de transport (distance par la route en SUV, et acheminement en avion).

Dit autrement, cette stratégie tarifaire n’est pas bonne pour nous locaux et n’est pas bonne pour le climat.

hakan_cheronsen
Cascades
Cascades
Messages : 213
Enregistré le : 18 mai 2004 20:59

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par hakan_cheronsen » 17 août 2023 16:30

miamivince a écrit :
15 août 2023 13:13
Dit autrement, cette stratégie tarifaire n’est pas bonne pour nous locaux et n’est pas bonne pour le climat.
CQFD

hakan_cheronsen
Cascades
Cascades
Messages : 213
Enregistré le : 18 mai 2004 20:59

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par hakan_cheronsen » 18 août 2023 14:01

Sur ces sujets, un documentaire assez long sur les projets et les opposants en Haute-Savoie

https://vimeo.com/853702458

La Poudre Aux Yeux, réalisé en 2022-2023, est une réflexion sur la situation actuelle de la Haute-Savoie en matière de développement touristique et d'aménagement du territoire.
Quel avenir pour ce département face aux projets portés par les politiques ?
Quel dialogue est mis en place avec les citoyennes et citoyens pour préparer un avenir durable et vivable ?
Comment et pour qui est utilisé l'argent publique en Haute-Savoie ?

miamivince
Gers
Gers
Messages : 3132
Enregistré le : 08 févr. 2005 12:25
Localisation : Paris => Samoëns => Les Billets

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par miamivince » 23 août 2023 11:46

hakan_cheronsen a écrit :
18 août 2023 14:01
Sur ces sujets, un documentaire assez long sur les projets et les opposants en Haute-Savoie

https://vimeo.com/853702458

La Poudre Aux Yeux, réalisé en 2022-2023, est une réflexion sur la situation actuelle de la Haute-Savoie en matière de développement touristique et d'aménagement du territoire.
Quel avenir pour ce département face aux projets portés par les politiques ?
Quel dialogue est mis en place avec les citoyennes et citoyens pour préparer un avenir durable et vivable ?
Comment et pour qui est utilisé l'argent publique en Haute-Savoie ?
Merci pour le lien.
Un documentaire très intéressant.
J’ai beaucoup aimé vers la fin l’intervention d’une dame lors de la conférence sur l’eau. Elle résume assez bien l’absurdité du système, le déni du changement climatique (enfin pas le changement lui même, mais ses conséquences et en particulier les rapports des groupes 2 et 3 du GIEC sur les vulnérabilités et l’adaptation) et la course en avant, le « quoi qu’il en coûte » pour faire de la neige et des logements de tourisme .. et les conséquences sur les populations locales.
On se comporte comme un parient qui aurait une maladie et qui décide de ne suivre un traitement que pour calmer provisoirement les symptômes sans chercher véritablement à soigner et traiter le problème.

La partie avec la Zadiste de XR sur le plateau de Beauregard et la partie juridique qui suit explique assez bien je trouve, ce que l’on observe sur beaucoup de projets (notamment les mégabassines dans le sud) à savoir des collectivités qui lancent des projets en toute illégalité en sachant que les délais de recours jouent pour elles. Quand les recours sont lancés et les audiences interviennent, le mal est déjà fait.
On comprend dès lors, pourquoi certaines associations choisissent de bloquer des sites.

hakan_cheronsen
Cascades
Cascades
Messages : 213
Enregistré le : 18 mai 2004 20:59

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par hakan_cheronsen » 24 août 2023 09:09

et pour ne pas suivre que le petit traitement pour calmer provisoirement les symptômes sans chercher véritablement à soigner et traiter le problème, il va falloir changer beaucoup de choses très vite....

miamivince
Gers
Gers
Messages : 3132
Enregistré le : 08 févr. 2005 12:25
Localisation : Paris => Samoëns => Les Billets

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par miamivince » 24 août 2023 10:41

Oui c’est tout le problème de la non adaptation ou la maladaptation. Plus on tarde et plus l’effort nécessaire voire la claque sera violent.

Pour revenir sur l’industrie du ski, la course en avant vers la neige de culture est caractéristique de cette maladaptation au changement climatique.
On accentue drastiquement le stress hydrique, on endette sur 20/30 ans des communes et collectivités alors même qu’avant cette échéance il est plus que probable que les conditions météo rendront ces équipements inutiles, sans compter que les conflits sur l’eau vont s’accentuer.
A ce moment-là la casse sociale sera terrible dans nos vallées.

La station de Métabief est un exemple d’une commune qui a décidé de planifier son changement de modèle à horizon 2030/35.

hakan_cheronsen
Cascades
Cascades
Messages : 213
Enregistré le : 18 mai 2004 20:59

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par hakan_cheronsen » 24 août 2023 16:44

oui pour tout

hakan_cheronsen
Cascades
Cascades
Messages : 213
Enregistré le : 18 mai 2004 20:59

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par hakan_cheronsen » 30 août 2023 14:42

Un papier bien sourcé

Des nuances,
à lire

https://www.lemonde.fr/planete/article/ ... _3244.html


Le réchauffement climatique menace la quasi-totalité des stations de ski européennes


Une étude publiée dans « Nature Climate Change » évalue le risque pour l’enneigement de plus de 2 200 stations en fonction des scénarios de hausses de températures.

Le changement climatique compromet le retour de la neige en hiver, menaçant l’avenir des stations de ski. A quel rythme ? Cette question – qui reste source de polémiques, en particulier en montagne –, fait l’objet d’une étude scientifique publiée dans la revue Nature Climate Change, lundi 28 août, et cosignée par des chercheurs essentiellement de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) et de Météo-France. Leurs travaux ne fixent pas d’échéance, mais modélisent les conséquences pour les montagnes européennes d’un réchauffement mondial croissant, jusqu’à 4 °C par rapport à la période préindustrielle.

« Notre objectif, avec cette étude de modélisation spatiale et climatique – la première à cette échelle –, est de dépassionner les débats, de dépasser les réactions caricaturales dans une approche de transition vers un autre modèle économique, mais pas dans une perspective de rupture », affirme Hugues François (Inrae, université de Grenoble Alpes), spécialiste de l’aménagement du territoire. Car quel que soit le scénario, c’est bien de la « vitesse du retrait » du manteau neigeux dont il s’agit.

Avec un réchauffement de 1,5 °C, 32 % des 2 234 stations de ski d’Europe seraient confrontées à un « risque très élevé » de pénuries de neige. Les chercheurs établissent cette notion à partir des 20 % des années les plus défavorables en neige naturelle damée, au cours de la période de référence 1961-1990. Avec + 2 °C, 53 % des stations seraient dans le même cas ; 91 % à + 3 °C et 98 % à 4 °C. Le recours à la neige artificielle réduit les difficultés mais de façon variable. Si le taux de couverture est de 75 %, le risque de manquer de neige s’élève tout de même à 57 % des stations pour + 3 °C ou à 74 % pour + 4 °C, les températures trop élevées perturbant sa fabrication.

L’empreinte carbone de la neige artificielle

Ces données globales, qui concernent vingt-huit pays, tiennent compte à la fois de la fréquence des hivers pauvres en neige, de l’altitude des pistes et de leur exposition. Ainsi pour la France, les modèles montrent une chute nette de l’enneigement en fonction de l’altitude, laissant présager un devenir bien différent pour les destinations de moyenne montagne et pour les grandes stations de haute altitude.
Afin de tenir compte d’une hétérogénéité très importante, les chercheurs ont subdivisé les massifs d’Europe. Pour les Alpes, leurs prévisions indiquent que dans le cas d’une température supérieure de 3 °C, 87 % des stations situées en Suisse feraient face à des risques très élevés d’hivers aux tons bruns plutôt que blanc immaculé, à comparer avec les 5 % concernées si le réchauffement était contenu à + 1 °C. Dans les mêmes conditions, elles seraient 93 % en France (au lieu de 4 % à 1 °C de plus), 94 % en Autriche (plutôt que 6 %), 100 % en Allemagne (contre 20 %) ainsi qu’en Italie (au lieu de 69 %). Si les pistes sont à 75 % dotées de neige artificielle, ces taux se réduisent à 26 % en Suisse, 42 % en France, 64 % en Allemagne… « Nous nous attendions à un résultat plus pessimiste pour la France, commente Hugues François. J’espère que chaque pays ne va pas en conclure : ce n’est pas nous les plus vulnérables ni nous qui émettons le plus de gaz à effet de serre. »

Car glisser sur de la neige fabriquée pendant la nuit va évidemment nécessiter de plus en plus d’énergie : les chercheurs pronostiquent une forte demande supplémentaire d’électricité. Et pour fournir de l’or blanc, il faut aussi de l’eau, évidemment. Durant les mois de décembre à février, la demande devrait être entre 1,2 fois et 3,5 fois supérieure aux volumes utilisés lors de la période de référence, de 1961 à 1990. « Dans notre modèle, nous n’avons pas intégré de contrainte sur la ressource hydrique, précise Hugues François. Nous avons une autre étude en préparation sur ce thème. »
Les auteurs de la publication soulignent cependant que la fabrication de neige pèse peu au regard de l’énergie carbonée liée au transport et au logement en montagne. Elle n’en demeure pas moins un élément déterminant de l’empreinte carbone des sports d’hiver, car sans elle, la fréquentation des stations s’écroulerait aujourd’hui. L’industrie du tourisme dans son ensemble – dont les sports d’hiver restent un secteur-clé – représente 8,1 % des émissions de gaz à effet de serre, et cela est dû pour presque la moitié (49,1 %) au transport.

Pour Hugues François, l’adaptation des stations de ski au changement climatique ne constitue pas le seul volet de l’affaire. La mobilité des touristes doit être sérieusement considérée si le secteur veut réduire ses émissions de gaz à effet de serre. D’autant que les skieurs n’accomplissent plus seulement leurs migrations saisonnières en voiture ou bien en train et en car ; la clientèle étrangère, croissante, vient aussi en avion.

Martine Valo

miamivince
Gers
Gers
Messages : 3132
Enregistré le : 08 févr. 2005 12:25
Localisation : Paris => Samoëns => Les Billets

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par miamivince » 30 août 2023 17:54

merci pour cet article.

Cela rejoint ce que l'on disait plus haut.
Du point de vue bilan carbone, le plus gros poste est le transport des skieurs et en ciblant une clientèle de plus en plus riche et de plus en plus étrangère on arrange pas le problème.

La neige de culture, (en particulier quand elle est présentée la solution miracle au problème) génère avant tout des problématiques de de conflit sur la ressource hydrique, de destruction de la biodiversité et d'endettement démesuré des collectivités locales. La bilan carbone, qu'il ne faut pas négliger, vient tout de même après.

S'agissant de l'élévation de la température, il faut rappeler que tous les scénarios et objectifs dont ont parle notamment le fameux +1.5° de l'Accord de Paris, sont des augmentations de la température moyenne de la planète entre l'ère préindustrielle (i.e. milieu du 19ème siècle) et 2100.
Aujourd'hui nous avons déjà atteint les +1.1°, je ne comprends donc même pas pourquoi il y a des scénarios à +1 dans cette étude (c'est déjà derrière nous).
La température augmente plus vite sur les continent que sur la mer. Pour la France et les Alpes, compte tenu des trajectoires actuelles, il faut plutôt se préparer à du +4 comme le rappelle cet article https://www.lesechos.fr/idees-debats/ed ... -c-1973171 et celui-ci https://www.linkedin.com/posts/jean-mar ... er_desktop qui résume bien que pour l'industrie du ski, s'adapter à +3 ou +4 c'est tout simplement se préparer à "moins de ski" en essayant d'anticiper et d'amortir la casse.

hakan_cheronsen
Cascades
Cascades
Messages : 213
Enregistré le : 18 mai 2004 20:59

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par hakan_cheronsen » 31 août 2023 13:43

en effet,

les spécialistes tiennent plutôt le +4 degrés comme étant ce qui va nous arriver.
sachant que sur cette température moyenne, les alpes sont plus sensibles que d'autres endroits...

hakan_cheronsen
Cascades
Cascades
Messages : 213
Enregistré le : 18 mai 2004 20:59

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par hakan_cheronsen » 01 sept. 2023 13:10

https://www.lemonde.fr/economie/article ... _3234.html

La commune de Faverges-Seythenex se résigne à fermer définitivement sa station de ski déficitaire

Le 15 septembre, le télésiège de la station de La Sambuy Seythenex arrêtera de tourner, à la suite d’une décision municipale. Habitants et professionnels du tourisme ont du mal à l’accepter.


Par Fanny Hardy(Faverges-Seythenex (Haute-Savoie), envoyée spéciale)



Ils y tiennent, à leur télésiège. Ce colosse de 1 800 mètres de long, grimpant près de 700 mètres de dénivelé, emmène, pour quelques jours encore, les clients dès leur sortie du parking de la station de La Sambuy Seythenex, en Haute-Savoie, jusqu’au sommet, à 1 850 mètres, le tout en vingt-cinq minutes. Ce télésiège est le seul du domaine. Datant de la fin des années 1980, il est la « colonne vertébrale » de cette petite station « construite par les locaux » et dotée de cinq commerces, explique Christian Bailly, le président de l’association Tous ensemble pour La Sambuy.
Voir aussi : Article réservé à nos abonnés Skier dans une France à +4° : comment l’enneigement est devenu une science

Avec d’autres habitants, des touristes et des professionnels, ils continuent de se battre pour sauver « leur » station. Et ce, même si La Sambuy, le 15 septembre, ce sera fini. Après une concertation citoyenne de plusieurs mois, Jacques Dalex, le maire (divers gauche) de Faverges-Seythenex, où est située la station, a en effet décidé, en juin, avec son conseil municipal, à 22 voix pour sur 33, le démantèlement du télésiège. Le recours en référé formé par Tous ensemble pour La Sambuy devant le tribunal administratif de Grenoble pour contester cette décision a, lui, été rejeté, le 24 août.

« Cette station a toujours été déficitaire, raconte l’édile. Et la commune l’a toujours financée. Un déficit à combler de 150 000 à 200 000 euros par an, on peut l’admettre. Plus, cela paraît difficile. » Or, il est évalué par la municipalité à 500 000 euros. Dans un courrier daté du 5 mai, le préfet de la Haute-Savoie a rappelé au maire que renflouer le budget annexe des remontées mécaniques (qui doit normalement s’autofinancer) ne pouvait être qu’exceptionnel, sous peine de devenir illégal.
« Attirer des entreprises »

Année après année, le manque de neige complique la saison hivernale. Et si l’été est plus profitable au site, grâce à une luge d’été et au télésiège permettant l’accès au sommet, où d’autres activités sont proposées, cela ne permet pas à la commune d’entrer dans ses frais.
Lire aussi : Article réservé à nos abonnés A Courchevel, des locaux s’élèvent contre les excès de l’immobilier de luxe

« Si on avait de l’eau, de la neige abondante ou des enneigeurs, on verrait peut-être les choses différemment. Mais notre travail est d’ouvrir les yeux. Ce n’est pas un échec, c’est une adaptation. Le monde change, le climat, les priorités des gens. Nous ne sommes plus dans les années 1960, où le tout-ski pouvait se comprendre », explique le maire.

Et celui-ci de rappeler que la commune (7 600 habitants) a soutenu financièrement l’installation d’une école de bijouterie, utile pour l’avenir et synonyme de formation pour les jeunes du coin. « Cette implantation doit aussi attirer des entreprises en quête de main-d’œuvre », espère-t-il.
« Un coup de bambou »

Reste que « la station ferme dans quelques jours et on ne sait pas comment ça va se passer », désapprouve Cyril Michaud, restaurateur. « Cette décision est un coup de bambou », s’inquiète un des salariés de la station, qui souhaite garder l’anonymat. Lui aussi reproche au maire son manque de communication depuis la décision de la fermeture. La station faisait travailler 45 personnes, soit une vingtaine d’équivalents temps plein.
Voir aussi : Article réservé à nos abonnés Dans Les Trois Vallées, « ça durera peut-être un peu plus longtemps qu’ailleurs »

L’histoire rappelle la fermeture de la petite station de Granier-sur-Aime (1 250 mètres d’altitude), en Savoie, pour cause notamment de manque de neige. C’était en 2017. « C’est l’une des décisions les plus difficiles que j’ai eues à prendre avec le conseil municipal, raconte Corine Maironi-Gonthier, la maire (divers gauche) d’Aime-La Plagne. Mes enfants avaient appris à y skier, l’ambiance y était formidable. Mais ce choix s’imposait : le ski classique, ici, à cette altitude, ce n’est plus possible. Certains habitants n’ont pas compris et sont toujours chagrinés. »

L’élue a alors engagé de nouveaux projets touristiques et sportifs plus modestes et sans remontée mécanique « pour rester en mouvement ». « Il faut anticiper ce moment, souligne-t-elle, pour combler le vide que représente la fin de la station. »


Fanny Hardy(Faverges-Seythenex (Haute-Savoie), envoyée spéciale)

hakan_cheronsen
Cascades
Cascades
Messages : 213
Enregistré le : 18 mai 2004 20:59

Re: Débats autour de l'industrie touristique montagnarde

Message par hakan_cheronsen » 06 sept. 2023 11:38

https://www.lemonde.fr/planete/article/ ... _3244.html



La Clusaz : le maire annonce un moratoire sur un projet de retenue d’eau controversé

En octobre 2022, le tribunal administratif de Grenoble, au nom de la protection de l’environnement, avait suspendu un arrêté préfectoral autorisant le lancement du projet.




Le maire de La Clusaz (Haute-Savoie) a annoncé un « moratoire » sur la construction controversée d’une retenue collinaire sur le plateau de Beauregard, pour des raisons de sécurité juridique, dans un entretien au Dauphiné libéré, mardi 5 septembre. Ce projet vise à alimenter la station de ski, notamment en neige artificielle

« Je ne peux pas engager un tel risque tant que la justice ne sera pas arrivée à son terme », a déclaré le maire, Didier Thévenet, au quotidien régional. « Et nous ne parlons pas uniquement de la légalité de la suspension de l’autorisation environnementale par le juge des référés, mais bien d’un jugement définitif sur le projet », qui peut prendre « plusieurs années », d’autant que « la jurisprudence sur la notion d’utilité publique majeure évolue sans cesse », explique l’élu, précisant que le moratoire a été décidé en conseil municipal le 17 août.

En octobre 2022, un arrêté préfectoral autorisant le lancement de travaux pour la construction de cette retenue nécessitant de creuser 148 000 mètres cubes (m3) dans la montagne pour un coût de 10 millions d’euros avait été suspendu par le tribunal administratif de Grenoble au nom de la protection de l’environnement. Cette décision avait été saluée par les associations et militants opposés au projet, qui occupaient le site.
Lire aussi : A La Clusaz, le projet de retenue d’eau pour assurer l’enneigement de la station suspendu par la justice
Deux tiers de l’eau retenue destinés à la neige artificielle

Le maire assurait alors que la majorité des Clusiens étaient favorables à la retenue, ce qu’avait relevé le rapport de la commission d’enquête. Il déplorait que les opposants en aient fait un « totem contre le ski ». Car sur les 148 000 m3 prévus, un tiers doit être consacré à l’eau potable, et le reste à la production de neige artificielle.

Dans l’entretien au Dauphiné, il répète que La Clusaz, situé « dans un massif karstique [où prédominent des roches sédimentaires sensibles à la dissolution, principalement calcaires] qui ne retient pas l’eau » a « réellement besoin d’eau ». Il affirme également croire « encore à [l’]avenir » du ski et déclare avoir « été le symbole et le centre du “ski-bashing” dans cette affaire ». C’est pourquoi, assure-t-il, « nous ne lâchons rien » et « nous allons muscler notre projet, dans le respect de la justice et de la loi ».


Le Monde avec AFP

Répondre